Faire des rencontres sur les sites spécialisés, c’est aussi se donner une certaine liberté de choix. La plupart du temps, les célibataires endurcis sont, en effet, victimes de rencarts organisés et se sentent parfois forcés d’accepter, alors qu’ils ne sont pas vraiment intéressés par la personne. Résultat : soit le couple se forme, mais n’est pas du tout naturel, soit on refuse et on blesse tout le monde. Dans les deux cas, on est toujours perdant. Sur les sites de rencontre, on est entièrement libre dans ses choix. Si un profil paraît intéressant, on peut tenter, sinon on trouve quelqu’un d’autre. Il n’y a pas d’obligation. Le fait que les meilleurs sites de rencontres se basent sur un système d’affinités est, d’ailleurs, encore plus avantageux, étant donné qu’il n’y a pas de temps à perdre avec les mauvaises personnes. On aime ou on n’aime pas, il n’y a pas de place pour l’approximation.


Il est simple de parler à des personnes en ligne. Néanmoins, pour trouver la personne qui vous convient, cela requiert beaucoup de temps et un peu de chance. Donc, si vous ne trouvez pas de personnes intéressantes immédiatement, ne renoncez pas. Souvenez-vous qu’il y a des centaines, que dis-je, des milliers de célibataires de 50 ans et plus qui s’inscrivent sur ces sites quotidiennement. De plus, pour optimiser vos chances, inscrivez-vous à plusieurs sites et restez actif plus longtemps.
La question, c’est de savoir si ça marche vraiment, ou pas, n’est-ce pas? Impossible à dire, pensez-vous sûrement. Comme moi, d’ailleurs, jusqu’à ce que j’assiste à la conférence d’ouverture de l’événement CHI 2018, qui se tient toute la semaine au Palais des Congrès de Montréal. Le conférencier était nul autre que Christian Rudder, cofondateur d’OkCupid, un site de rencontres américain qu’il a vendu en 2011 à IAC, détenteur du site Match.com, pour la somme de 90 M$ US. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il avait des données renversantes à partager avec nous...
×