Peu importe le site de rencontre, consultez toujours la page des termes et services à l’égard des renseignements personnels. Vous y trouverez la réponse à toutes vos questions. En résumé, sachez cependant que personne ne pourra voir votre nom, adresse de courriel ou numéro de téléphone sur ces sites. La plupart promettent qu’il n’y aura aucune information vous concernant personnellement qui sera donnée ou vendue à un tiers. Seules les données statistiques d’un grand groupe seront communiquées aux commanditaires. Finalement, dans le cas d’une enquête policière,vous pouvez êtes certain qu’ils fourniront tous les détails nécessaires, y compris les coordonnées personnelles de ses usagers, pour mener à l’arrestation de suspects.
Alors si vous aussi vous aimeriez trouver la bonne personne avec qui construire une relation sentimentale de réciprocité et d'amour, et dans le respect et la sincerité, inscrivez-vous sur notre site de rencontre sérieux au plus vite. Vous y trouverez des personnes honnêtes et intéressées par des rencontres de qualité entre célibataires sérieux et respectueux l'un de l'autre.
Certains sites de rencontres reposent au moins en partie sur un modèle économique tout particulier : ils embauchent des « animatrices » (aussi appelées « hôtesses ») qui, par la création d'un faux profil, sont chargées de susciter l'intérêt suffisamment pour faire souscrire à un abonnement et pour qu'il soit prolongé, ou encore que de nombreux appels à des numéros surtaxés soient effectués211,212 : Match.com213, Cupid.com214,215, YesMessenger.com216,217, Adult FriendFinder.com218 etc. Ces arnaques sont dénoncées par un bon nombre de victimes sur les forums CommentCaMarche.net, 01net.com, LesArnaques.com, ou encore Doctissimo.fr.
M. Rudder est un matheux diplômé de Harvard. Sa passion, ce sont les statistiques et le savoir qu’on peut en tirer. Dès 2003, il s’est penché sur le cas des sites de rencontres qui, à l’époque, se contentaient de questionnaires en ligne pour suggérer différentes personnes a priori dignes de mention. «Je ne voyais pas comment de simples réponses à des questions pouvaient présenter la moindre fiabilité statistique. Ces données-là me semblaient clairement insuffisantes pour être exploitées», a-t-il dit.
×