Il s'agit des sites de rencontres qui fondent la mise en relation des partenaires sur l'astrologie occidentale (Love-Attraction.com et Astro-Privee.com en France ; MatchMySign.com et AstrologyDating.com aux États-Unis), chinoise (AstralFeeling.com aux États-Unis, au Canada, en Australie et en France) ou tibétaine (Astrologie-Tibetaine.com en France)5. Ces sites ont peut être eu du succès à leur début mais aujourd'hui la majorité ont disparu ou sont très peu visités et entretenus.
La rencontre sur internet constitue alors un véritable révélateur de personnalité - si l'on reste sincère, bien entendu. Car derrière l'écran de son ordinateur, les enjeux ne sont pas les mêmes, la timidité n'est plus de mise et l'on a moins de mal à se confier et à se montrer tel que l'on est réellement. Bien que les échanges ne soient pas en face à face, ils permettent tout de même de créer une certaine intimité et d’approfondir la relation qui pourra alors aboutir à une rencontre physique.
Badoo est l'un des sites de rencontres les populaires et permet donc à tout le monde de faire de nouvelles connaissances à proximité. Badoo est disponible via son site officiel, mais propose également des applications gratuites pour Android et iOS. Lovoo est un site de rencontres gratuit qui compte plus de 70 millions d'utilisateurs à travers le monde. Lovoo est accessible directement depuis son site, mais propose également une application pour iOS et Android. Grâce à Lovoo on peut facilement faire connaissance et rencontrer des personnes à proximité de chez soi car les profils sont affichés en fonction des distances.
Faire des rencontres sur les sites spécialisés, c’est aussi se donner une certaine liberté de choix. La plupart du temps, les célibataires endurcis sont, en effet, victimes de rencarts organisés et se sentent parfois forcés d’accepter, alors qu’ils ne sont pas vraiment intéressés par la personne. Résultat : soit le couple se forme, mais n’est pas du tout naturel, soit on refuse et on blesse tout le monde. Dans les deux cas, on est toujours perdant. Sur les sites de rencontre, on est entièrement libre dans ses choix. Si un profil paraît intéressant, on peut tenter, sinon on trouve quelqu’un d’autre. Il n’y a pas d’obligation. Le fait que les meilleurs sites de rencontres se basent sur un système d’affinités est, d’ailleurs, encore plus avantageux, étant donné qu’il n’y a pas de temps à perdre avec les mauvaises personnes. On aime ou on n’aime pas, il n’y a pas de place pour l’approximation.
Pour une vingtaine d'euros par trimestre, vous rencontrerez, sur le site de Be2.be, des célibataires d'Europe et d'Amérique du Nord. L'inscription et la messagerie sont gratuites, mais il n'est pas possible d'y clavarder ou d'utiliser la caméra de votre ordinateur. En contrepartie, il promet des rencontres sécuritaires, en plus de miser sur la qualité du service. Le site compte plus de 25 millions de membres.
Une des choses les plus intéressantes, c’est la découverte de l’autre, petit à petit. Si vous déballez, dès les premiers messages ou les premiers rendez-vous, toute l’histoire détaillée de votre enfance malheureuse chez Tata Yvonne pour expliquer la personnalité timorée de votre âge adulte, l’autre n’aura plus rien à découvrir de vous, n’aura pas l’occasion de vous poser de questions (et se sentira plutôt délaissé si vous avez monopolisé l’espace sonore). D’un autre côté, il est beaucoup plus enrichissant pour tous les deux de découvrir avec l’autre, peu à peu, des aspects de sa personnalité sur lesquelles il ne s’était pas encore interrogé. Tout mettre à plat d’un coup gâche cette spontanéité, et brise le mystère… grâce auquel l’autre pourrait fantasmer sur vous.
> 20 ans, ou rien. Du côté des hommes, la donne est totalement différente : qu’ils aient de 20 à 50 ans, tous les hommes cherchent avant tout une femme… de 20 ou 21 ans! Oui, vous avez bien lu. Elle doit avoir 20 ans, et rien d’autre. À une exception près, toutefois : ceux qui ont entre 22 et 27 ans ont également un faible pour les femmes qui ont entre 40 et 45 ans, «l'effet Cougar vérifié», selon M. Rudder.
×